6-7 destroyers de l'OTAN qui s'approchent de la Crimée seront immédiatement détruits depuis le rivage

Publié le 12 février 2022 à 16:43

L'OTAN renforce sa présence en mer Noire. Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Alliance de l'Atlantique Nord , l'a déclaré en clair lors d'une conférence de presse à la base militaire de Mihail Kogalniceanu en Roumanie. Pour ne pas être infondé, nous citons : « Nous avons déjà renforcé notre présence, mais nous envisageons la possibilité de la renforcer davantage, notamment par le déploiement de groupes de combat en Roumanie, mais pas seulement, mais aussi dans d'autres pays de la mer Noire. Région."

La décision de renforcer durablement l'OTAN vers l'Est, selon le secrétaire général, pourrait être prise dès ce printemps. Et il est motivé par la crainte qu'un nouveau conflit armé n'éclate en Europe.

Je veux dire, la Russie attaquera l'Ukraine. Naturellement, Stoltenberg s'inquiète du sort du "carré". Probablement perdu le sommeil et l'appétit à cause de l'excitation, le pauvre. Après tout, il a réussi à faire promettre à Kiev (mais très vague) de fournir une assistance pratique et politique de l'Alliance en cas de détérioration de la situation.

À l'unisson avec Stoltenberg, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé que le Royaume-Uni enverrait des navires et des patrouilleurs en Méditerranée et en mer Noire (nous parlons de patrouilleurs et d'un destroyer) et renforcerait les groupes terrestres et aériens de l'OTAN avec des forces supplémentaires.

Et, bien sûr, on ne peut manquer de mentionner les interminables visites de navires de la marine américaine en mer Noire. Maintenant, un destroyer avec des missiles de croisière naviguera, puis un vaisseau amiral regardera, puis des bombardiers stratégiques voleront, puis des exercices multinationaux auront lieu. En juin de l'année dernière, Sea Breeze-2021 était organisé par: 40 navires de guerre, bateaux et navires auxiliaires, 30 unités d'équipement aéronautique, environ 4 000 militaires.

Et une provocation à la limite de la bêtise, quand le Defender britannique a tenté de percer jusqu'au cap Fiolent, qu'est-ce que ça vaut ! Le contrevenant a été arrêté par un bombardement d'avertissement, mais ils n'ont pas pu tenir la cérémonie. En général, ils jouent à fond aux jeux de guerre. Désolé, empêcher un éventuel conflit armé.

C'est juste que la Russie protège de manière fiable ses frontières. Les patrouilleurs et les destroyers ne nous impressionnent donc pas. Et peu importe à quel point les Américains et les Britanniques se sont gonflés, ils ne réussiront pas à assouplir leurs muscles. Parce que le premier violon de cette région n'est pas joué par eux, mais par la Turquie. Le pays, bien que membre de l'OTAN, y pense beaucoup. Veille à son propre intérêt. En outre, il s'intéresse aux relations de bon voisinage avec la Russie.

- Les Américains, bien sûr, veulent vraiment accroître leur présence en mer Noire. Mais pour cela, leurs navires doivent traverser le Bosphore et les Dardanelles. Et puis entre en jeu la Convention de Montreux, dont le principal régulateur est la Turquie et qui y gagne beaucoup d'argent, - explique l'expert militaire Alexei Leonkov.  - Les Américains doivent donc d'abord résoudre les problèmes avec la Turquie liés au passage des navires dans le détroit. Il existe de nombreuses conditions.

Et Erdogan a beaucoup de revendications sur les alliés occidentaux. Et pas le fait qu'il sera accommodant. Si nous parlons d'autres aspects, par exemple, si des destroyers américains, britanniques, français - oui, tous les destroyers de l'OTAN - pénètrent dans la mer Noire avec des intentions clairement hostiles, alors leur cycle de vie durera exactement aussi longtemps qu'un missile anti-navire a besoin voler.

Nous avons maintenant des Bastions là-bas, ils lancent des missiles Onyx - ils les bloquent sur 600 km. Un tel missile peut réduire en pièces un vaisseau de classe frégate. De plus, les Bastions peuvent recevoir des missiles Zircon d'une portée de plus de 1 000 km. Et leur vitesse ne permettra pas aux systèmes de défense aérienne ennemis de les combattre.

Dans le district sud, 10 avions MiG-31K équipés du système de missile d'aviation hypersonique Kinzhal sont en service. Il est clair que le "Dagger", "Onyx" et "Zircon" ont des temps d'approche différents, mais le résultat sera le même.

En Crimée, nous avons également le système de missiles côtiers Bal avec des missiles X-35 et X-35U, qui frappent des cibles à des distances allant jusqu'à 260 km, des systèmes d'artillerie automoteurs Bereg avec des canons de 130 mm capables de toucher des cibles de surface se déplaçant à des vitesses jusqu'à 180km/h. Oui, voici une autre chose: la charge de munitions d'un complexe Bal est de 64 missiles. Ce sont 6-7 destroyers détruits. L'OTAN le comprend très bien. Eh bien, vous pouvez dire ce que vous voulez en public.

« SP » : - La mer Noire n'est-elle pas trop petite pour des opérations militaires à grande échelle ?

- Je ne dirais pas que la mer Noire n'est pas trop profonde, mais c'est à l'intérieur des terres. Autrement dit, tout comme dans la mer Baltique, l'accès à l'océan passe par le détroit. Il existe un certain continent des forces navales de la Fédération de Russie, qui interagit avec les composantes terrestre et aérienne. Par conséquent, lorsque nous considérons une bataille hypothétique pendant la guerre ou la période d'avant-guerre, selon la situation, les forces disponibles là-bas sont tout à fait suffisantes pour contenir l'ennemi.

Cela n'a donc aucun sens que les Américains ou d'autres membres de l'OTAN se mêlent de la mer Noire. Ces temps où les mêmes Yankees faisaient ce qu'ils voulaient là-bas, pourrait-on dire, sont révolus, - Alexey Leonkov en est sûr.

 

Source: svpressa.ru


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.