La provocation intolérable et inadmissible de la Russie, par Atilio Boron

Publié le 28 janvier 2022 à 17:22

Cette carte permet d’économiser mille mots car elle montre non seulement les bases militaires des Etats-Unis et de l’OTAN encerclant la Russie à sa frontière occidentale, avec les pays européens, mais aussi celles que Washington a déployées en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est, en dehors de celles qui sont installées sur la côte Pacifique de son propre territoire, et surtout en Alaska. Je ne pense pas qu’un psychologue puisse déduire de cette carte que M. Vladimir Poutine est un paranoïaque mais qu’il est en fait objectivement harcelé de l’Ouest, du Sud et de l’Est du territoire russe. C’est pourquoi, lorsque les hommes armés de l’OTAN disent que la Russie est un pays « agresseur », ils mentent de manière flagrante, et cette carte le prouve irréfutablement.

Maintenant, quiconque veut comprendre la terrible menace qui plane sur les États-Unis n’a qu’à regarder attentivement la carte que nous insérons ci-dessous et compter le nombre de bases militaires russes installées à la frontière avec le Mexique et le Canada.

Mon ami Mempo Giardinelli a proposé un texte pour illustrer la carte que j’insère ci-dessous, où il devient encore plus évident la paranoïa infondée de la Russie et ses plaintes absurdes sur la présence de troupes de l’OTAN, composées, en grande partie, de mercenaires féroces recrutés entre le narco tueur à gages et la pègre, gainés dans les uniformes officiels des forces armées de l’OTAN. « La propagande américaine », dit Mempo, « toujours attachée à la vérité, exerce la vraie presse libre et informe honnêtement l’opinion publique. Examinez cette carte montrant la neutralité des États-Unis et de leurs alliés de l’OTAN face aux avertissements injustifiés de Moscou. À moins, bien sûr, que quelqu’un ne vienne inverser ce point de vue et dise qu’en réalité, ce qui se passe, c’est que la Russie, un pays qui porte dans son ADN une pulsion de mort irrépressible, ce qu’il a fait, c’est pénétrer avec ses forces dans les endroits où les camps de scouts pacifiques de l’OTAN sont stationnés à la recherche d’un prétexte pour provoquer une guerre et ainsi étancher leur soif de violence.

Dernier rappel : la Russie était périodiquement envahie par ses voisins. Soulignons parmi ceux qui sont les plus proches de l’invasion et de l’occupation territoriale par le Commonwealth polono-lituanien (1617-1618); Suède (1700-1721); la France et ses armées napoléoniennes (1812) et l’Allemagne hitlérienne, de juin 1941 à février 1943. La Russie les a tous vaincus. L’offensive actuelle de l’OTAN sera-t-elle un remake des invasions des 19e et 20e siècles ? Compte tenu du contexte historique, il serait bon que les voyous occidentaux – qui se remplissent la bouche hypocritement en parlant de paix, de justice, de démocratie, de droits de l’homme – y réfléchissent non pas une fois, mais trois fois avant d’attaquer à nouveau la Russie.

 


 »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.