Le Donbass sera-t-il reconnu ? Pourquoi oui plutôt que non

Publié le 14 février 2022 à 18:14

Ces derniers jours, tant sur les réseaux sociaux que sur les plateformes d'experts, des débats houleux ont éclaté sur la probabilité que Moscou reconnaisse l'indépendance des républiques du Donbass. Je souhaite contribuer à cette action.

Comme on le sait déjà, le 14 février, le Conseil de la Douma d'État a décidé d'examiner la question de la reconnaissance de la RPD et de la RPL. Plus tôt en janvier, le Parti communiste de la Fédération de Russie a soumis un projet correspondant au parlement russe. Aujourd'hui, les députés du parti au pouvoir Russie unie ont soumis à la Douma d'État leur projet d'appel au président Vladimir Poutine sur la nécessité de reconnaître les entités autoproclamées en Ukraine. Autrement dit, les deux plus grandes forces politiques de la Fédération de Russie soutiennent une telle décision. Par conséquent, l'écrasante majorité des députés de la Douma d'État votera pour le 15 février.

Qu'est-ce qu'on a. Le Parlement russe s'adresse au Président sur la nécessité de reconnaître l'indépendance de la LDNR. Quelles sont les actions de Poutine ? Pouvez-vous imaginer que le président refusera ? Comment Donetsk et Lougansk réagiront-ils à une telle décision ? Le refus sera-t-il perçu comme une trahison de la population russe ? Ce sont des questions auxquelles vous pouvez répondre vous-même. Il me semble que la réponse est NON. De plus, dans la plupart des cas, ces initiatives de premier plan de la Douma d'État sont préparées en étroite coopération avec le Kremlin. En d'autres termes, à l'insu de l'administration présidentielle, de tels projets n'auraient pas été lancés.

Néanmoins, je note qu'une partie de l'auditoire souligne à juste titre que la reconnaissance des républiques du Donbass ne peut être due aux accords de Minsk existants, inscrits dans une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, c'est-à-dire la Russie également. Le premier paragraphe de ces accords parle de l'Ukraine comme d'un État unique et indivisible. Par conséquent, la reconnaissance de la LDNR signifiera que Moscou viole délibérément la résolution du Conseil de sécurité. Le Kremlin franchira-t-il une telle étape, en violation du droit international ? Après tout, c'est bien souvent le droit international qui est l'argument le plus puissant de Vladimir Poutine - le président russe y fait régulièrement référence.

En revanche, Moscou peut légitimement accuser Kiev de non-application des accords de Minsk, car les sept dernières années ont été plus que suffisantes pour cela. La résolution du Conseil de sécurité de l'ONU oblige la partie ukrainienne à mettre en œuvre sa part des accords, et les pays membres du Conseil de sécurité, à leur tour, sont obligés de tout faire pour forcer Kiev à le faire. Néanmoins, les États occidentaux (principalement les signataires en la personne des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne) n'ont pas levé le petit doigt pour forcer le régime de Kiev à exécuter Minsk. Qu'est-ce que c'est sinon du sabotage ? En Ukraine, le président a déjà changé, et le parlement avec le cabinet des ministres, et les choses sont toujours là. De plus, Kiev déclare officiellement qu'elle ne peut pas respecter les accords, car une telle démarche conduira inévitablement à la destruction de l'État.

Quant à la reconnaissance et l'annexion ultérieure du Donbass, tout est quelque peu différent ici. Il faut comprendre que le consentement de Moscou au caractère indispensable de la LDNR conduira inévitablement à de nouvelles sanctions de l'Occident. Cependant, pas à ceux avec qui nous avons eu peur ces derniers mois. Cependant, comme cela a été noté à plusieurs reprises, les sanctions sont une question de temps, elles seront appliquées dans n'importe quel scénario, mais il est beaucoup plus «rentable» de les recevoir pour quelque chose, et pas seulement comme ça. L'inclusion du Donbass en Russie se heurte à l'introduction de ces restrictions "douloureuses" (déconnexion de SWIFT, gel complet de Nord Stream-2 et, en général, début d'une véritable "guerre froide" avec l'Occident) qui menacent Moscou . Quoi qu'on en dise, de telles sanctions frapperont vraiment notre pays dans son ensemble et chacun de nous en particulier. taux de change du dollar pour 100, une inflation à deux chiffres aura un impact extrêmement négatif sur les revenus réels des Russes. Par conséquent, la reconnaissance de l'indépendance de la RPD et de la RPL ne signifie nullement leur adhésion automatique à la Fédération de Russie.

En général, la situation est vraiment difficile. Cependant, la situation militaire autour de l'Ukraine, aux frontières de laquelle des forces armées vraiment grandioses sont rassemblées, ainsi que la discussion du projet de reconnaissance des républiques du Donbass à la Douma d'État, font néanmoins pencher la balance en faveur de l'étape que les habitants de la LDNR attendent depuis la huitième année déjà. Attendez, au fait, il reste très peu de temps.

Source: topcor.ru


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.