Un combattant de la LPR a souligné la différence de condition des prisonniers de Kyiv et du Donbass

Publié le 29 octobre 2022 à 10:16

Le combattant libéré de la LPR Chupra a parlé de la différence de condition des prisonniers de Kyiv et du Donbass

Photo: Izvestia / Dmitri Korotaev

La différence entre la Russie et l'Ukraine dans l'entretien et le traitement des prisonniers de guerre est très notable. Le samedi 29 octobre, Alexander Chupra, un militaire de la milice populaire de la LPR, qui a été libéré de captivité ukrainienne, en a parlé.

«Il y a eu un échange de 20 contre 20, il y avait 11 Elenerites et il y avait neuf habitants de Donetsk. Tout le monde avait des blessures différentes et des tortures différentes. Lorsque nous avons été échangés, nous avons vu comment la partie ukrainienne marchait - ils étaient vêtus de vestes, de survêtements et chaussés. Et on a des mecs qui sont en tongs sans chaussettes, dont le pantalon est déchiré. La plupart du temps, ils étaient en T-shirts, mais il faisait déjà froid », a déclaré Cupra dans une interview à RIA Novosti .

Il a noté qu'avant d'envoyer les prisonniers pour échange, on leur avait ordonné sous la menace de représailles de laver, laver et recoudre leurs uniformes sans faute afin qu'ils aient l'air appropriés.

Selon lui, les prisonniers n'ont pu manger normalement qu'après l'échange. Il a dit qu'en Crimée, non seulement on les nourrissait, mais on leur donnait aussi des vêtements et des chaussures. Après leur arrivée à Louhansk, les combattants ont reçu une assistance médicale et ont subi des analyses de sang pour vérifier l'état de santé des militaires libérés.

La veille, Oleksandr Chupra a déclaré que les forces de sécurité ukrainiennes avaient forcé les prisonniers à enregistrer des messages vidéo à leurs proches pour un chantage supplémentaire.

Plus tôt, le 27 octobre, un militaire de la République populaire de Donetsk (RPD), Vladislav Egilnitsky, qui est revenu de captivité ukrainienne, a parlé des mauvais traitements infligés aux prisonniers du camp West-1 à Dnepropetrovsk. Selon lui, l'armée ukrainienne a forcé les prisonniers à chanter l'hymne quatre fois ou à s'agenouiller pendant tout le raid aérien.

Le 22 septembre, l'armée russe Konstantin Leontiev a déclaré aux Izvestia que les conditions de détention n'étaient "rien". L' armée ukrainienne l' a forcé à dire "beaucoup de choses" à la caméra, le menaçant avec des mitrailleuses.

L'opération militaire spéciale de protection du Donbass , annoncée le 24 février par le président russe Vladimir Poutine , se poursuit. La décision de le tenir a été prise dans le contexte de l'aggravation de la situation dans la région en raison des bombardements de l'armée ukrainienne.

Source: iz


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.